Jérôme Berthaut : “Les « sujets banlieues » et la rédaction de France 2. Révélateurs et aiguillons des transformations du journalisme dans l’audiovisuel public (1994-2003)” (3 mai 2011)

.

« Les « sujets banlieues » et la rédaction de France 2. Révélateurs et aiguillons des transformations du journalisme dans l’audiovisuel public (1994-2003) »
Jérôme BERTHAUT – Doctorant Sociologie URMIS /Paris 7

Discutant :
Dominique MARCHETTI
, chargé de recherche CNRS/EHESS/CESSP +lien

Résumé : Conséquence de la dépendance du champ journalistique à l’égard des champs politique et économique, la rédaction de France 2 a connu un renouvellement fréquent de ses cadres-dirigeants, lesquels ont chaque fois prétendu reformuler les priorités éditoriales des journaux télévisés. Dans le cadre d’une recherche sur la production des reportages sur les « banlieues » basée sur l’observation des journalistes au travail, cette communication analyse les effets de ces changements sur le fonctionnement de la rédaction.

cc yanrf

À partir d’entretiens, d’une étude des organigrammes et du traitement statistique d’un corpus de plus de 2800 reportages, elle s’intéresse tout particulièrement à la manière avec laquelle le recrutement et la promotion de journalistes ayant travaillé auparavant dans les chaînes généralistes privées La Cinq et TF1 ont contribué, entre 1994 et 2003, à redéfinir les critères d’excellence du « bon journalisme » en vigueur à France 2 et à prôner notamment un modèle de « médiatisation des banlieues » faisant une part plus grande aux « déviances ».

Ce travail explique d’abord comment cette conversion s’est principalement opérée via les pratiques inculquées quotidiennement aux (jeunes) journalistes. La célébration de la rapidité d’exécution des reporters d’une part, et, d’autre part, la valorisation de leur capacité à mobiliser des informateurs dans des secteurs jugés stratégiques pour les « audiences » (comme la police ou la justice) ont en effet modifié les modes de socialisation au métier en rapprochant les schèmes de perception et d’interprétation des journalistes de ceux des forces de l’ordre.

Ce faisant, au sein de la rédaction, ces « transfuges du privé » ont aussi provoqué un bouleversement des rapports de force entre spécialités et une recomposition des services au détriment du service Société.

Le service Informations générales dévolu aux « faits divers » a vu ainsi ses attributions éditoriales s’étendre jusqu’à concurrencer le service Politique étrangère avec lequel il a finalement fusionné. À partir de 2001, sous l’impulsion de ses « anciens » de TF1 et de La Cinq, les Informations générales ont aussi expérimenté une nouvelle division du travail consistant à spécialiser (de manière informelle) des reporters préposés aux reportages sur les « banlieues » et à salarier des intermédiaires (les « fixeurs ») chargés de leur faciliter l’accès au « terrain ». Pour tributaires qu’ils ont été des transformations affectant la rédaction de France 2, les « sujets banlieues » en ont parfois aussi été l’aiguillon.

Références :

Jérôme BERTHAUT
– Doctorant en sociologie, membre de l’Unité de Recherche Migrations et Société (URMIS / Paris 7 Diderot / IRD).
– Thèse en cours de rédaction sur « Les journalistes et la « banlieue » : une mise en pratique professionnelle », sous la direction du Pr. Maryse Tripier.
– ATER en sociologie à Paris 7 en 2009/2010
– Chargé d’études chez Ipsos media en 2004-2007 (convention CIFRE)

Articles :

– « La mise en image du « problème des banlieues » au prisme de la division du travail journalistique » (2008) +lien
– « Pourquoi les faits-divers stigmatisent-ils ? L’hypothèse de la discrimination indirecte » (2009) +lien

.

.

.

.


Vous aimerez aussi...