Franck Rebillard : “L’originalité des informations sur le web. Apports et limites des méthodes croisant sciences humaines et sociales et informatique” (1 mars 2011)

« L’originalité des informations sur le web. Apports et limites des méthodes croisant sciences humaines et sociales et informatique. »
REBILLARD Franck – Pr. Paris III/CIM +info

Discutante :
JEANNE-PERRIER Valérie – Mcf Paris IV/CELSA +info

Résumé :
Plusieurs travaux récents se sont penchés sur le degré de diversité des informations offertes sur le web. Deux raisons principales peuvent l’expliquer. Premièrement, le web a pu être perçu comme un espace particulièrement favorable à l’offre d’informations alternatives à celles diffusées par les médias traditionnels. Le surcroît de pluralisme apporté par les blogs, webzines indépendants, et autres sites de journalisme « participatif », a ainsi pu être questionné. Deuxièmement, la matière numérique des informations mises en ligne a autorisé le recours à des méthodes informatiques pour d’une part collecter de très larges corpus (dizaine de publications / sites web), et d’autre part procéder à des analyses de contenu d’une ampleur parfois inédite dans le domaine des études sur les médias (plusieurs milliers d’articles).

Ces analyses quantitatives ont par exemple permis de comparer les thématiques abordées dans une cinquantaine de sites de journalisme « citoyen » et celles retenues dans les éditions web des principaux quotidiens des Etats-Unis (Carpenter, 2010). En France, une première estimation du pluralisme de l’information sur le web a été conduite, sur la base d’une centaine de sites francophones d’information générale et politique (Marty et al., 2010 ; Smyrnaios et al., 2010). Dans une recherche poussant l’automatisation encore plus loin, le caractère quelque peu suiviste des blogs par rapport aux sites de médias mainstream a été mis en avant, à partir d’un total de quelques 90 millions d’articles et de billets en langue anglaise (Leskovec et al., 2009).

Indiscutablement, ces analyses quantitatives apportent des éléments empiriques substantiels à la connaissance de l’information en ligne. Pour autant, derrière les chiffres livrés, parfois imposants, et les représentations graphiques souvent séduisantes qui les accompagnent, se logent des méthodes sur lesquelles on peut porter un regard critique. Par ailleurs, ces méthodes, et les démarches quantitatives qui leur sont associées, n’épuisent pas la totalité des questionnements et des aspects pouvant être pris en considération dans l’étude de la diversité des informations en ligne. On insistera notamment sur les complémentarités pouvant être apportées par des analyses de discours de nature plus qualitative (mise en écran des nouvelles, angles choisis pour aborder une même thématique, etc.) ; par la démarche comparative entre la diversité des informations observée sur le web et celle existant dans les médias plus traditionnels (à commencer par la télévision) ; ainsi que par la mise en contexte socioéconomique des conditions de production et des modalités de réception de l’information en ligne.

Références :

CARPENTER S., 2010, « A study of content diversity in online citizen journalism and online newspaper articles », New Media and Society, Sage Publications, vol. 12, n°7, pp. 1064-1084 +lien

LESKOVEC J., BACKSTROM L., KLEINBERG J., 2009, « Meme-tracking and the dynamics of the news cycle », KDD’09 -International Conference on Knowledge Discovery and Data Mining, Paris. +lien

MARTY E., REBILLARD F., SMYRNAIOS N., TOUBOUL A., 2010, « Variété et distribution des sujets d’actualité sur l’internet. Une analyse quantitative de l’information en ligne », Mots – Les langages du politique, ENS Éditions, n°93, pp. 107-126. +lien

SMYRNAIOS N., MARTY E., REBILLARD F., 2010, « Does the ‘Long Tail’ apply to online news ? A quantitative analysis of French-speaking websites », New Media and Society, Sage Publications, vol. 12, n° 8, pp. 1244-1261. +lien

.

.

.

.

.

.

.

.


Vous aimerez aussi...