Philippe RIUTORT et Pierre LEROUX : “Vers une mutation des registres de la parole politique à la télévision? Le cas des émissions de divertissement” (7 décembre 2010)

« Vers une mutation des registres de la parole politique à la télévision?  Le cas des émissions de divertissement »

Philippe RIUTORT, Professeur Henry IV/Paris, GAP +lien, LCP +lien
et Pierre LEROUX, Mcf Angers, CRAPE +lien

Résumé :

La frontière entre émissions politiques et émissions de divertissement est à l’origine, au sein de la télévision française, clairement établie. Elle repose, jusqu’à une période récente, sur une séparation et une hiérarchisation des univers professionnels concernés par les deux types de programmes.

L’essor d’émissions de divertissement conviant régulièrement des invités politiques à partir des années 1990 a contribué, tout en participant de la redéfinition  du  contenu et de la forme des émissions politiques, à décloisonner les genres même si la hiérarchisation des genres s’est nettement maintenue au profit des émissions politiques.

L’hypothèse sur laquelle repose cette communication est que, du fait des transformations concomitantes des approches du divertissement et du journalisme politique les oppositions et les frontières apparaissent moins nettes et moins figées qu’elles semblaient l’être il y a encore quelques années. On n’assiste pas pour autant à une indifférenciation des genres mais plutôt, à travers des formes renouvelées de mise en scène, à un repositionnement complexe des agents impliqués dans ces formes de représentation de la politique (animateurs, journalistes, entrepreneurs politiques).

L’analyse s’interrogera donc aussi bien sur les transformations de la représentation télévisuelle de l’activité  politique, l’emprise croissante des  impératifs de la communication dans les échanges politiques télévisés et la diversité des  formes de compromis élaborés entre professionnels des médias et professionnels de la politique.

Référence :

– LEROUX P. & RIUTORT P., « La consécration de l’animateur. Appréciation d’un métier et affirmation d’une position. Les métamorphoses de Thierry Ardisson », Réseaux, vol. 24, n° 139 / 2006, p. 219-248 +lien

.

.

.

.

.

.


Vous aimerez aussi...